Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 10:53

Devenir un fin connaisseur du secteur social et médico-social n’est pas une mince affaire !

 

La complexité du système, la multiplicité des acteurs, les innombrables sigles utilisés et les nombreux statuts qui s'y côtoient font que l’on peut rapidement s’égarer… aussi l’Agence Nationale d’Appui à la Performance des établissements de santé et médico- sociaux vient de publier un guide "Le secteur médicosocial - Comprendre pour agir mieux" qui livre de véritables cartes (oui oui, de vraies cartes sont présentes dans le guide: c’est ludique et très pédagogique !) pour mieux naviguer dans le secteur social et médico social

http://www.anap.fr/detail-dune-publication-ou-dun-outil/recherche/le-secteur-medico-social-comprendre-pour-agir-mieux/

 

Si ce guide a le mérite de bien présenter et mettre en évidence les grands enjeux de l’action sociale et médico sociale, nous nous devons de souligner qu’il se cantonne seulement aux trois principales composantes du secteur à savoir l’enfance, les personnes âgées et les personnes handicapées. L'insertion sociale, la lutte contre l'exclusion, l'accès aux soins, l'hébergement,… ne sont ainsi pas développés.

 

Ce guide reste cependant un très bon outil pour comprendre l’organisation globale du secteur et acquérir une connaissance de ses principales composantes. Organisé en trois parties, il détaille tout d’abord les différents établissements et services ainsi que leurs missions, puis il aborde les perspectives et les évolutions à venir dans le secteur. Enfin, pour vous faire gagner du temps dans vos révisions, des fiches synthétiques pour chaque type d’établissements et services médico sociaux sont présentes en troisième partie, à la fin du guide.

 

N'hésitez pas à dire ce que vous en avez pensé!

 

Camille Lacout

Elève Directeur d'établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux 2013/2014

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Actualité
commenter cet article
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 13:04
 

Pas à pas, vers une évolution de la conception de l’offre...

L’évolution de notre système de santé tend à s’ajuster sur les besoins de l’usager en passant d’une logique d’offre à une logique de parcours : un parcours centré sur la réponse à apporter aux besoins spécifiques de la personne.

Cette dynamique est très souvent évoquée comme solution aux enjeux actuels de notre système de protection sociale (par enjeu j’entends bien évidemment pérennité). Elle tend notamment à répondre au défi du vieillissement de la population et à ses conséquences en termes de prise en charge.

En soutien de cette argumentation, deux rapports du Haut Conseil de l’Avenir de l’assurance maladie de 2010 et 2011 ont mis en évidence que les insuffisances de coordination entre les secteurs sanitaire, social et médico-social sont les principales causes de rupture dans le parcours de santé des personnes âgées. Un décloisonnement de ces secteurs permettrait une utilisation optimale des ressources et la réduction du nombre d'hospitalisations évitables. Ainsi, pas à pas, nous allons vers les PAERPA !

 

PAERPA : personnes âgées en risque de perte d’autonomie… bienvenu « au petit nouveau » dans la longue liste des sigles du secteur sanitaire et social !

On notera ici que par personne âgée en risque de perte d’autonomie on entend « l’ensemble des personnes de 75 ans et plus pouvant être encore autonomes mais dont l’état de santé est susceptible de s’altérer pour des raisons d’ordre médical et /ou social » (cahier des charges projets pilotes PAERPA 2013).

 

La notion de PAERPA a timidement fait son entrée dans l’article 70 de la LFSS de 2012 :

« I. ― Des expérimentations peuvent être menées, à compter du 1er janvier 2012 et pour une période n'excédant pas cinq ans, dans le cadre de projets pilotes mettant en œuvre de nouveaux modes d'organisation des soins destinés à optimiser les parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d'autonomie en prévenant leur hospitalisation en établissement de santé avec hébergement, en gérant leur sortie d'hôpital et en favorisant la continuité des différents modes de prise en charge sanitaires et médico-sociaux.

Les expérimentations sont mises en œuvre par convention entre les agences régionales de santé, les organismes locaux d'assurance maladie ainsi que les professionnels de santé, les établissements hospitaliers, les établissements sociaux et médico-sociaux et les collectivités territoriales volontaires. (…)

II. - Pour la mise en œuvre des expérimentations mentionnées au I et portant sur de nouveaux modes de coordination des soins pour prévenir l'hospitalisation en établissement de santé avec hébergement et gérer la sortie d'hôpital des personnes âgées en risque de perte d'autonomie, il peut être dérogé aux règles de facturation et de tarification (…). Les dépenses à la charge de l'ensemble des régimes obligatoires de base d'assurance maladie qui résultent de ces expérimentations sont prises en compte dans l'objectif national de dépenses d'assurance maladie mentionné au 3° du D du I de l'article LO 111-3 du même code. (…) ».

Les expérimentations qui en découlent sont restreintes en termes d’action et de financement mais les résultats sont positifs. Un soutien plus important et un travail plus global sont prévus à l’article 48 de la LFSS de 2013 :

« I. ― Des expérimentations peuvent être menées, à compter du 1er janvier 2013 et pour une durée n'excédant pas cinq ans, dans le cadre de projets pilotes mettant en œuvre de nouveaux modes d'organisation des soins destinés à optimiser le parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d'autonomie.(…)

Les expérimentations sont mises en œuvre par le biais de conventions signées entre les agences régionales de santé, les organismes locaux d'assurance maladie, les professionnels de santé, les établissements de santé, les établissements sociaux et médico-sociaux, les collectivités territoriales volontaires ainsi que, le cas échéant, des organismes complémentaires d'assurance maladie.

II. ― Pour la mise en œuvre des projets pilotes définis au I, dans le cadre des conventions conclues à cette fin, il peut être dérogé aux règles de facturation et de tarification (…).

III. ― Sans préjudice de financements complémentaires prévus, le cas échéant, dans les conventions mentionnées au I du présent article, les dépenses nouvelles liées aux projets pilotes, notamment celles relatives à l'application des II et IV, sont imputées sur le fonds mentionné à l'article L. 1435-8 du code de la santé publique. Elles s'imputent sur la dotation mentionnée au 1° de l'article L. 1435-9 du même code et font l'objet d'une identification spécifique au sein de l'arrêté prévu au même article L. 1435-9. Par dérogation audit article L. 1435-9, les crédits affectés aux projets pilotes par cet arrêté ne peuvent être affectés au financement d'autres activités.

IV. ― Dans le cadre des projets pilotes, le suivi sanitaire, médico-social et social des personnes âgées en risque de perte d'autonomie peut comporter, sous réserve du consentement exprès et éclairé de chaque personne, la transmission, par les personnels soignants et les professionnels chargés de leur accompagnement social, d'informations strictement nécessaires à leur prise en charge et relatives à leur état de santé, à leur situation sociale ou à leur autonomie. (…) ».

Plus complet, l’article 48 de la LFSS 2013 octroie aux ARS une plus grande marge de manœuvre en élargissant les règles tarifaires dérogatoires, en favorisant le partage d’information entre les professionnels et en recourant au Fonds d’intervention régional, en plus des autres financements existants,octroyantainsi aux ARS une plus grande liberté tarifaire.

 

De manière plus concrète que peut-on dire sur les expérimentations PAERPA ?

Si la lecture de ces deux articles nous éclaire un peu sur la nature de ces expérimentations, il faut se référer à la lecture du cahier des charges des projets pilotes PAERPA de l’article 48 de la LFSS 2013 pour préciser les choses.

Les objectifs fixés par les projets PAERPA sont les suivants :

- Améliorer la qualité de vie et leurs aidants

- Adapter les pratiques professionnelles au parcours de santé de personnes âgées en risque de perte d’autonomie

- Créer les conditions favorables à la transversalité et à la coordination des acteurs

 

Pour cela des niveaux de coordination sont créés. Le cahier des charges en distingue trois :

- La coordination clinique de proximité : « la coordination rassemblera, sous l’égide du médecin traitant qui aura la charge de l’organiser, un infirmier (libéral ou coordinateur de services de soins infirmiers à domicile-salarié des SSIAD, centres de santé et SPASAD), un pharmacien d’officine et, le cas échéant, un ou plusieurs autres professionnels de santé (masseur-kinésithérapeute par exemple). Les professionnels de santé regroupés dans la coordination clinique de proximité sont ceux qui prennent en charge la personne, dans le respect du libre choix de son praticien par le patient. »

- La coordination territoriale d’appui : elle tend à permettre le rapprochement et la mise en cohérence des approches sanitaires, médico-sociales et sociales. « Celle-ci n’entraîne pas la création d’une nouvelle structure mais repose sur les systèmes de coordination et d’intégration existant déjà sur le territoire (centres locaux d’information et de coordination-CLIC, réseaux, filières, MAIA). Agissant selon un principe de subsidiarité (elle n’intervient que sur sollicitation des professionnels, des personnes ou de leurs aidants), elle soutient les professionnels de proximité tout en veillant à ne pas s’y substituer ni à les démobiliser. »

- La mobilisation des établissements de santé et médico-sociaux pour la gestion des transitions ville-hôpital-EHPAD : ces acteurs sont par nature concernés dans le parcours de soins des personnes âgées et ils devront participer activement aux dispositifs de coordination notamment dans la préparation du retour des patients et de la transmission des informations relatives à la prise en charge.

Au niveau de la gouvernance on peut facilement faire le lien avec ce qui existe au sein des Maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades Alzheimer avec les tables stratégiques et les tables tactiques. L’heure est bel et bien à la concertation !

Marisol TOURAINE résumait ainsi les expérimentations PAERPA :

« un parcours de soin adapté aux besoins des personnes âgées. Ces parcours se construisent sur les territoires et autour des acteurs locaux qui sont les premiers concernés. Les agences régionales de santé (ARS) coordonneront ainsi l'action du médecin généraliste, de l'EHPAD, du service de soins infirmiers à domicile (SSIAD), des urgences hospitalières ou des services d'hospitalisation sur un territoire donné. ». Loin de savoir précisément de quelle manière ces parcours se concrétiseront, l’engagement des pouvoirs publics s’oriente sur le parcours et la coordination des acteurs. En témoigne tout récemment le rapport du comité des sages piloté par Alain Cordier sur la stratégie nationale de santé qui prône « un nouveau mode d'administration des soins, qui ne seraient plus centrés sur les structures mais sur l'usager et les services à lui rendre » (Hospimédia) et recommande l’élargissement des PAERPA.

Pas à pas… les PAERPA… ça ne fait que commencer ! Le top départ pour les ARS est prévu en septembre prochain !

 

Anne-Sophie Couton

Elève Inspecteur de l'Action Sanitaire et Sociale

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Actualité Concours
commenter cet article
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 15:13

En vue de la préparation de l'oral d'IASS, voici quelques thèmes sur l'actualité sanitaire et sociale de ces derniers mois :

  • Le rapport Couty: le pacte de confiance à l'hôpital

Edouard Couty, ancien directeur d'hôpital et conseiller à la Cour des comptes, a remis son rapport au gouvernement le 4 mars 2013. Commandé en septembre, ce rapport présente la particularité d'être issu d'une vaste concertation entre l'ensemble des acteurs du secteur sanitaire (fédération des hôpitaux, conférences de directeurs et de présidents de CME, conférence des doyens de facultés de médecine, syndicats des personnels médicaux et non médicaux), représentants des usagers, collèges des directeurs d'ARS. Le rapport final synthétise les conclusions des trois groupes de travail mis en place consacrés à la réaffirmation du service public hospitalier, à la rénovation du dialogue social à l’hôpital et à la refonte de la gouvernance des établissements. Il préconise avant tout de « rétablir le service public hospitalier sur l'ensemble du territoire » et avance 46 propositions.

La Ministre de la Santé, Marisol Touraine, a retenu 13 de ces propositions en vue de la stratégie nationale de santé, on peut retenir notamment la remise en cause de la tarification à l'activité : si celle-ci est adaptée aux courts séjours, de nouveaux mécanismes sont appelés à être mis en place pour les long séjours, par « une tarification au parcours ». La Ministre a également retenu la notion de service public territorial de santé : le territoire, ce doit être "la nouvelle frontière" de l'hôpital public », « l'ensemble des acteurs de santé partage sur un territoire donné la responsabilité de l'état de santé de la population." En pratique, il s'agit d'une « médecine de parcours », une coopération concrète tout au long du parcours de soins du patient entre tous les acteurs de santé, y compris les libéraux. Dans cette perspective, les moyens confiés aux Agences Régionales de Santé seront renforcés. Les ARS devront établir au début du mois de juillet un recensement des besoins territoriaux sous la forme de Schéma régional d'investissement en santé. Concernant les ARS, il est également à noter que l'engagement 10 affirme que les ARS devront développer une vision sur les ressources humaines de leur territoire, par un volet ressources humaines dans l'ensemble des projets régionaux de santé. Les missions des commissions régionales paritaires seront également renforcées.

  • La gestion des urgences à l'hopital, l'hopital debout

La DREES (Direction de la Recherche des Etudes de l'Evaluation et des Statistiques) a inscrit à son programme d’études pour 2013 la réalisation d’une enquête nationale sur les urgences hospitalières. Cette enquête est destinée à décrire la genèse du recours des patients aux urgences hospitalières, les difficultés éventuelles rencontrées lors de leur prise en charge, la diversité des organisations sur l’ensemble du territoire. Il s'agit par cette enquête de donner des éléments de réponses aux problématiques propres au service des urgences : l’augmentation constante du nombre de passages aux urgences, la prise en charge des personnes âgées, les difficultés rencontrées lors de la sortie des urgences, l’adéquation des moyens et effectifs des structures à l’activité.

  • Les critiques du dossier médical personnel

Le DMP s’inscrit aujourd’hui au cœur de la problématique de l’exploitation des données confidentielles des patients. L’Agence des systèmes d’information partagés de santé (ASIP), hébergeur informatique du DMP, souhaite mettre en place des messageries sécurisées de santé (MSS), qui auront notamment vocation à alimenter le DMP. La CNIL, dans une délibération du 25 avril 2013, a autorisé l’expérimentation de ces MSS tout en pointant les difficultés liées à l’effectivité du droit de regard des patients sur les informations échangées entre professionnels de santé.

  • A voir : les débats autour de sa mise en place effective, de son utilisation et de son coût financier.

  • Vers un renforcement de la démocratie sanitaire ?

Dans le cadre des crédits attribués aux agences régionales de santé au titre du fonds d’intervention régional (FIR) pour l’année 2013, Marisol Touraine, Ministre des affaires sociales et de la santé, a annoncé que 5 millions d’euros supplémentaires seront accordés à des actions de démocratie sanitaire en 2013. Ce montant servira notamment au recueil de l’expression des attentes et des besoins des usagers et des citoyens, soit par le recueil de la parole des usagers via les associations ou les collectifs d’associations qui les représentent ; soit par des débats publics initiés par des instances de démocratie sanitaire (conférences régionales de la santé et de l’autonomie, conférences de territoire) ; aux actions de formation des représentants des usagers, qui pourront être mises en œuvre par des associations et collectifs d’associations.

S'agissant de la démocratie sanitaire, il est à noter que les usagers peinent encore à trouver leur place au sein du système de santé. La formation des représentants des usagers, les moyens accordés aux associations, l'insuffisance de l'information mais également la culture des professionnels constituent notamment des freins à l'effectivité de la démocratie sanitaire.

  • Le Sunshine Act :

Le Sunshine Act pose la question des liens d’intérêts et de la transparence souhaitée (affichée ?) entre les laboratoires pharmaceutiques et les professionnels de santé. L’Ordre des médecins dénonce sur ce sujet le décret sur la transparence des liens d'intérêts entre industriels et professionnels de santé publié au JO le 22 mai 2013. L’Ordre précise que ce décret est loin de garantir la transparence et annonce un prochain recours en Conseil d’Etat.

  • L’adoption du plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale

Cinq grands principes pour une nouvelle approche du gouvernement ont été fixés dans ce plan: un principe d’objectivité, un principe de non stigmatisation, un principe de participation des personnes en situation de pauvreté à l’élaboration et au suivi des politiques publiques, un principe du juste droit, un principe de décloisonnement des politiques sociales.

Trois axes de réforme: réduire les inégalités et prévenir les ruptures, venir en aide et accompagner l’insertion, coordonner l’action sociale et valoriser ses acteurs.

Un Comité interministériel de lutte contre les exclusions se réunit tous les ans pour faire un bilan d’étape.

Principales mesures :

  • La création d’un registre national de crédits aux particuliers pour lutter contre le surendettement ;
  • Le lancement d’une réforme de RSA activité ;
  • Hausse simultanée de la CMUC et de l’ACS ;
  • L’engagement d’un rattrapage du niveau RSA socle ;
  • L’instauration d’une « garantie » jeunes pour les 18-25 ans sans emploi, ni en formation, en situation d’isolement et de grande précarité.

  • La préparation de la loi « autonomie » avec les trois Rapports Aquino, Pinville et Broussy

Au regard des enjeux démographiques, le vieillissement constitue pour la France un véritable défi. Il résulte de deux facteurs: l’allongement de la durée de vie et l’arrivée au sein de la population âgée des générations du baby boom. Cette dynamique de vieillissement de la population impacte directement les politiques publiques du logement, de la santé, des services de proximité, des équipements publics, de l’économie… Les politiques mises en œuvre autour du vieillissement ne doivent plus rester catégorielles ; il convient de faire de la prévention du vieillissement un véritable projet de société.

Michèle Delaunay a lancé en octobre 2012 deux missions pour préparer la future loi pour l’autonomie qui ont conduit aux rapports Aquino, Broussy, Pinville.

  • Rapport Aquino J.-P Anticiper pour une autonomie préservée : un enjeu de société

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/134000175/0000.pdf

  • Rapport Broussy L'adaptation de la société au vieillissement de la population : France : année zéro !

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/134000173/0000.pdf

Pour mémoire, le futur projet de loi comprendra 3 grands volets « anticipation prévention » « adaptation de notre société au vieillissement » « accompagnement de la perte d’autonomie »

A consulter également : le rapport Vasselle de 2011 Rapport d’information fait au nom de la mission commune d’information sur la prise en charge de la dépendance et la création du cinquième risque. http://www.senat.fr/rap/r10-263/r10-2631.pdf

En 2012, l’année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle a favorisé une multitude d’initiatives qui méritent d’être reconduites et systématisées dans toute la société au-delà d’une mobilisation ponctuelle. En effet, il existe aujourd’hui une réelle nécessité de cultiver une vision positive du vieillissement comme partie intégrante de la vie et de faire évoluer le dispositif législatif en place.

  • La Silver economy :

Lancée le 24 avril 2013, c’est une filière qu’il s’agit d’organiser et de structurer en France, en regroupant toutes les entreprises agissant pour et/ou avec les personnes âgées.

La silver economy consiste en la création de services personnalisés, de technologies pour l’autonomie, ces biens et services seront bientôt indispensables. Le vieillissement de la population française se double en effet d’une évolution sociologique et économique forte les « papy-boomers », cette génération née dans les années d’après-guerre, arrivent à l’âge de la retraite avec de nouvelles attentes quant à leur confort de vie.

C’est une opportunité à ne pas manquer pour l’industrie française. Cette nouvelle filière économique et industrielle sera grandement porteuse de croissance et d’emplois au cours des prochaines années. Son développement n’en est qu’à son début : aux Etats-Unis, nous en sommes à un taux de croissance de 12% par an.

  • Le développement professionnel continu

Le DPC, instauré par la loi HPST, s’applique depuis le 1er janvier 2013 à tous les professionnels de santé et vise à mieux articuler l’acquisition de compétences et l’évaluation des pratiques. Chaque directeur de structure doit permettre aux professionnels de santé de s’inscrire à un programme de DPC. Il est mis en œuvre par un organisme enregistré auprès de l’organisme gestionnaire du DPC et habilité par la commission scientifique de la profession. Le DPC est financé par l’enveloppe du plan de formation de l’établissement. A ce jour, sa mise en œuvre effective est questionnée étant donné le coût et le temps qu’il mobilise.

  • Le plan autisme 2013-2017

Le plan autisme 2013-2017 prévoit d’engager 205 millions d’euros pour accompagner les personnes autistes. Il est axé prioritairement sur le diagnostic précoce et l’accompagnement des plus jeunes. De plus, il s’inscrit dans la lignée des recommandations de l’ANESM et de la HAS : il vise à mettre en avant les approches éducatives et comportementales.

  • La recommandation du contrôleur général des lieux de privation de liberté d’intervenir en EHPAD

​​Dans son rapport annuel : « les EHPAD : lieux de privation de liberté ? »

Est-il nécessaire d’étendre la protection qu’assure la loi du 30 octobre 2007 (CGLPL) à de nouvelles populations soumises à des atteintes ou, surtout, à des risques d’atteinte à leurs droits fondamentaux ?

Le CGLPL avait déjà déposé un avant-projet de loi au premier ministre en mai 2012 pour étendre ses compétences aux EHPAD.

Dans son rapport, il donne trois arguments pour son intervention en EHPAD :

-Les personnes âgées dépendantes sont, en institution spécialisée, de fait privées de leur liberté (privation de liberté n’est pas de droit comme en prison ou en HS, mais de fait)

-La protection des personnes âgées en perte d’autonomie est une exigence humaine (liée à leur état dû à leur âge, perte d’autonomie consécutive au grand âge)

-Le devoir de transparence pour les familles et le grand public. (Le 7 janvier 2013, le gouvernement crée le « Comité national pour la bientraitance et les droits des personnes âgées et des personnes handicapées » (remplace le « Comité national de vigilance contre la maltraitance des personnes âgées).

A voir aussi :

  • Rapport SICARD sur la fin de vie en EHPAD et la fin de vie à domicile

  • Les salles de shoot :

Mise en place d'une salle de consommation de drogue à moindre risque à Paris dans le Xème arrondissement

  • La coordination du sanitaire et du médico social

Engagement du gouvernement à améliorer l’accès aux soins des personnes en situation de handicap.

  • La politique du médicament

Affaire du Médiator, les pilules de 3e et 4e générations, les retraits récents d’AINS, la vente de médicament en ligne, etc.

  • Les procès sanitaires en cours :

Scandale PIP, le Médiator, amiante, affaires relatives au scandale de la viande de cheval et plus largement sur la sûreté des aliments (Findus, Ikéa, …)

  • Mission confiée à Bernard PECHEUR, Conseiller d’Etat, sur l’évolution de la fonction publique dans les années à venir par le Premier Ministre

  • La cigarette électronique

Vers un renforcement de la réglementation autour de la cigarette électronique ?

  • La mise en place d’expérimentation des parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d’autonomie (PAERPA)

L'association des Anciens de la Salle Chateaubriand

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Actualité Concours
commenter cet article
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 19:13

 

L'Association des Anciens de la Salle Chateaubriand sera présente jeudi 21 février de 14h à 17h au forum des métiers organisé par la faculté de Droit et de Sciences Politiques de Rennes pour représenter le Master 2 DG3S. Le stand sera tenu par le Directeur de l'IPAG et des élèves de l'ancienne promotion du master pour répondre à toutes vos questions.


 

Venez nombreux !

 

Faculté de droit et de sciences politiques de Rennes:

9, rue Jean Macé

35 042 Rennes

 

Tél: 02.23.23.76.76

 

Pour plus d'informations, voir le site de la faculté: http://www.droit.univ-rennes1.fr


Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Actualité
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 11:30

Nous voici bientôt en septembre, le mois des rentrées; pour la 4ème promotion du M2 DG3S bien sûre, nous lui souhaitons la bienvenue, mais également pour les élèves IASS et les Irarques.

C'est également la rentrée pour l'association et pour son blog.

Le mois de Septembre est un mois chargé en émotions car celui des résultats d'admissibilité des principaux concours sanitaires et sociaux:

  • Début septembre résultats d'admissibilitéde l'EN3S
  • 12 septembre résultats d'admissibilité de D3S
  • 13 septembre résultats d'admissibilité de DH
  • 20 septembre résultats d'admissibilité de AAH

Pour vous faire patienter avant le grand jour tant attendu, l'association lance une série d'article sur le thème: "Quel métier à la sortie de......"

L'objectif est de parfaire sa motivation avant les oraux et surtout de mieux connaitre les métiers passionnants qui se trouvent derrière un concours car, oui, un concours c'est avant tout pout accéder à un métier.

Les métiers de l'EN3S ouvrent le bal avec un article très complet rédigé par des anciens du M2 élèves de l'EN3S ou en poste au sein d'un organisme de sécurité sociale.

 

Bonne lecture

 

B.FRETELLIERE

Membre de l'association des Anciens de la Salle Chateaubriand, administratrice du blog

Elève directeur d'établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Actualité
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 14:17

Le grand oral constitue l’épreuve phare et bien souvent la plus redoutée des candidats. Mais il est possible de s’y préparer grâce à quelques astuces…

 S’agissant des concours sanitaires et sociaux, il existe deux grands types d’oraux :

 

  •  IASS, DH, D3S,… : préparation d’un sujet ou d’un commentaire de texte (pensez à bien préparer les deux méthodologies qui sont différentes, ne pas négliger l’un ou l’autre : il est toujours mieux de pouvoir choisir le thème qui nous convient le mieux) puis discussion avec le jury. N’oublions pas non plus que l’oral de IASS comporte une introduction durant laquelle le candidat devra décrire brièvement son parcours et parler de sa motivation.
  •  EN3S : exposé de sa motivation puis discussion avec le jury

Quel que soit le type d’oral que l’on passe, le candidat peut être amené par le jury à devoir exposer son point de vue sur des sujets d’actualité. Il convient donc de bien se pencher sur l’actualité tout au long de la préparation du concours. Pour vous y aider, l’Association des Anciens vous propose une liste non exhaustive des sujets d’actualité incontournables qu’il nous semblerait utile de préparer avant les oraux :

 

1.       Les thèmes d’actualité générale:


- L’élection présidentielle : les présidents de la Vème, le déroulement de l’élection en elle-même (les 500 signatures), les programmes des deux principaux candidats notamment sur les sujets sanitaires et sociaux et sur les sujets « polémiques » (droit de vote des étrangers aux élections locales par exemple), l’après élection (la nomination du Premier Ministre et du Gouvernement), les primaires socialistes. Idem pour les élections législatives.

 

- La crise économique et financière : le pacte de stabilité budgétaire et la règle d’or, la situation de la Grèce, de l’Italie et de l’Espagne, le rôle de l’Union Européenne et de la BCE, les agences de notation, les subprimes,… (sur ce sujet voir notamment le dossier d’actualité sur le site viepublique.fr)

 

- L’Union Européenne : histoire de la construction européenne et les principales institutions européennes, les traités principaux (Rome, Maastricht et Lisbonne notamment), les pays membres, le référendum de 2005, la politique agricole commune,…

 

- Multiculturalisme, intégration, la politique d’immigration, la laïcité, le communautarisme.

 

- La réforme de l’éducation : état des lieux et pistes de réflexion.

 

- L’écologie : la transition énergétique, le nucléaire, les énergies renouvelables, le développement durable,…

 

- Actu internationale : la guerre en Syrie, le printemps arabe, le conflit israëlo-palestinien, la Côte d’Ivoire, la Corée du Nord, la Chine,…

 

- Les élections américaines : les primaires américaines, les candidats, le tea-party, la réforme de la protection sociale et du système de santé d’Obama,…

 

2.       Les thèmes d’actualité sanitaire et sociale:


- La réforme de la T2A : aspects historiques, mise en place de la réforme, la convergence tarifaire, les critiques de la réforme.

 

- Le RSA : transition RMI au RSA, la notion d’activation des dépenses sociales, le RSA jeunes, bilan et perspectives de la réforme du RSA.

 

- La réforme de la dépendance : aides existantes et leurs insuffisances, la prise en charge des personnes âgées (en établissement ou à domicile), les aidants familiaux, la maladie d’Alzheimer, les liens entre prise en charge de la dépendance et politique du handicap.

 

- L’affaire du Médiator : historique et procédure judiciaire et administrative en cours, rôle de l’AFSSAPS, réforme du médicament,…

 

- La politique familiale : l’allocation de rentrée scolaire, la mise sous conditions de ressources des prestations familiales,…

 

- Le déficit et la dette de la Sécurité sociale : la maîtrise des dépenses de santé, le financement de la protection sociale (TVA sociale notamment), les grands chiffres actualisés sur les comptes des différentes branches, la fraude sociale,…

 

- La démographie médicale : le numerus clausus et la réforme des études médicales, les déserts médicaux, les solutions apportées pour luttes contre les problèmes de démographie médicale, les médecins étrangers,…

- Les risques psycho-sociaux : la souffrance au travail, l’impact des organisations sur la santé des salariés, les solutions apportées par les entreprises.

 

- La prise en charge de la fin de vie : la loi Léonetti et l’état actuel de la législation en la matière, euthanasie passive / active, les soins palliatifs.

 

- Les inégalités de santé : l’inégalité d’accès aux soins, les poids des déterminants sociaux, le renoncement aux soins, la CMU-B et la CMU-C, l’AME (aide médicale d’Etat), l’ACS (aide à la complémentaire santé).

 

Cependant, il ne faut pas s’effrayer outre mesure : pas besoin de connaître sur le bout des doigts chacun des sujets évoqués ci-dessus. Il suffit juste d’avoir quelques éléments sur ces sujets et d’être capable d’en exposer les grandes problématiques.

Bien sûr, il conviendra de lire un grand quotidien de fond en comble la semaine avant l’oral, notamment la rubrique sanitaire et sociale. Il faut également avoir suivi l’actualité tout au long de l’année de préparation. Par ailleurs, certains jurys aiment savoir si vous vous intéressez à l’actualité de votre région d’origine. Bref, soyez curieux !

 

Amandine Renault

Elève de la 51e promotion de l'EN3S

membre de l'Association des Anciens de la Salle Chateaubriand

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Actualité
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 08:44

 

A la radio aujourd'hui, cette fameuse phrase "toutes les civilisations ne se valent pas". Phrase qui fait débat, qui enflamme l'assemblée et cause le départ de la majorité présidentielle de l'Hémicycle, une grande première, les débutés pliant bagages en plein débat, le poing levé, étant habituellement putôt dans l'opposition.

 

Pas trop réveillé, ce matin, et non encore caféiné, mon premier reflexe est bien sûr "Non tous les Civilizations ne se valent pas, le IV est un incontournable du PC, le premier est bien médiocre quoi que au top de ce qui se faisait l'époque en matière de jeu de gestion (en 1991, il ne fallait pas trop en demander ) et le V, eh bien le V est pour moi davantages un IV amélioré qu'une véritable nouvelle version tenant ces promesses. "....pas de geek sur le blog? D'accord, je sors.

 

Bref, au delà de la polémique: bon sens, facisme ou mauvaise utilisation des termes, ce débat renvoie à une question existentielle pour les candidats pendant un oral de culture G: comment répondre à une question polémique?

Imaginez une petite perche tendue par le jury "que pensez-vous de la phrase prononcée par M.Guéant au sujet de la hierarchie des Civilisations". Le dilemme est alors grand dans l'esprit des élèves:

- Humm l'obligation de réserve, est-ce que cela signifie que je ne peux pas critiquer le pouvoir en place?

- Oui, mais je ne dois pas passer pour quelqu'un de raciste, alors je dénonce....

- Enfin d'un autre côté si le président est UMP, il ne va pas apprécier, alors je dis que je suis d'accord...

- Non, pas d'accord, neutre, pas d'opinion, les autres membres du jury, sont peut-être de gauche et mieux vaut assurer ses arrières...

 

Nous voici en plein dans "l'art de dire son opinion sans vexer personne".

A noter que cet art vaut également pour les dissertations de culture G et autres débats politiques durant les dîners entre amis ou avec de la famille.

C'est évident, mais cela n'engage que moi, il faut dire son opinion! Le jury cherche notre personnalité, il veut évaluer qui nous sommes et comment nous réagirons face à une polémique.

1: Commencer par une réponse franche du type "Je suis d'accord avec les propos de M.Guéant, toutes les civilisations ne se valent pas". Cela montre que l'on joue franc jeu et que l'on assume ses opinions.

2: Identifier ce qui fait débat: "Je peux cependant comprendre pourquoi cette phrase fait débat, en effet, elle peut être interprétée comme une phrase raciste du fait du passé historique de la civilisation européenne: esclavage, colonialisame, discrimination, facisme etc..."

3: Montrer que l'on connait les arguments adverses: " Il n'existe pas de hierarchie entre les peuples, ni entre les ethnies, l'égalité est d'ailleurs une des valeurs républicaines".

4: Contrer ces arguments avec respect: "Je crois justement que le fond du débat porte sur ces valeurs républicaines. Ce qu'a dit M.Guéant est davantages tourné vers la nécéssité de défendre notre régime démocratique, d'être fier des valeurs d'égalité, de laicité qui sont les nôtres et de demeurer conscient qu'elles ne sont pas partagées par tous dans le monde. Le terme de "civilisation" est sans doute sujet à interprétation, mais l'idée générale pour moi est très claire.

 

Idéalement, il faut rebondir sur le concours visé, sur un cas concret qui peut se présenter dans un service, ou sur la nécéssaire neutralité d'un directeur ou d'un manager du service public, je vous laisse essayer dans vos commentaires ;)

 

Exercice périlleux, le débat ne doit pas pour autant être fuit, restez calme et rationnel, c'est la clef de la réussite!

 

Béatrice FRETELLIERE

Membre de l'association des Anciens de la Salle Chateaubriand, administratrice du blog

Elève directeur d'établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux

à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique de Rennes

 

 

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Actualité
commenter cet article
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 09:33

 

L'année 2011 a été une année de dur labeur, d'incertitude et de tensions dûes à la préparation aux concours pour notre promotion. Elle a également été source de joie, de rire et surtout de dépassement de soi. Elle a permis à beaucoup d'entre nous de prendre confiance en ses capacités et de se montrer à la hauteur des attentes (parfois grandes) de nos enseignants ou de notre famille. L'obtention finale du master par tous les élèves de la promotion a conclu en beauté cette année d'étude.

 

L'année 2012 sera, également une année de labeur pour la promotion actuelle. Elle a notre soutient et notre sympathie dans son travail. Elle sera, en revanche, une année de découverte pour la promotion 2010 du master DG3S.

Une année de stage, une année de mobilité, de rencontre, de mémoire, de rapports, de choix professionnels, mais aussi de soirées dans une nouvelle école et de voyage d'étude!

 

Nous espérons que vous allez profiter de 2012 et de la nouvelle vie qui s'ouvre devant vous.

Espérons également que cette nouvelle vie ne nous fera pas, pour autant, oublier l'IPAG de Rennes, le master DG3S et qu'au travers cette association, les élèves des différentes fonctions publiques ou de la sécurité sociale garderont contact!

 

Meilleurs voeux à vous tous pour cette année 2012

 

Béatrice FRETELLIERE

Membre de l'association des Anciens de la Salle Chateaubriand, administratrice du blog

Elève directeur d'établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux

à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique de Rennes

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Actualité
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 11:35

 

La 2ème promotion du master DG3S a bien mérité ces vacances de Noël!

 

Après des mois de travail acharné, des périodes de doutes, des heures de réflexion intense sur des sujets improbables et des minutes d'angoisse avant de se présenter devant le jury.....la promotion a brillé par son succès!

 

En effet, elle a totalisé 22 admissibilités pour les concours administratifs et 18 admissions, pour 15 étudiants seulement!

Ajoutons à cela deux de nos camarades qui ont trouvé un emploi de cadre auprès d'un organisme de sécurité sociale et d'une collectivité térritoriale.

Un beau palmarès pour cette année qui confirme les potentialités de ce master.

Ce succès doit être une source de courage pour la promotion actuelle, l'année de master étant loin d'être de tout repos!

 

L'association des anciens de la salle Chateaubriand souhaite de très bonnes fêtes à tous, profitez bien de la bûche, des chocolats et des marrons avant la rentrée sur les bancs des écoles de la fonction publique!

 

JOYEUX NOEL ET BONNE ANNEE!!!

 

 

 

Béatrice FRETELLIERE

Membre de l'association des Anciens de la Salle Chateaubriand, administratrice du blog

Elève directeur d'établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux

à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique de Rennes

 

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Actualité
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 12:11

Le Master 2 "Droit et Gouvernance du Secteur Sanitaire et Social" de l'IPAG de Rennes sera présenté aux étudiants de l'Institut d'Etudes Politiques de Rennes ce jeudi 15 décembre, dans le hall des amphis, à partir de 17h30. Le stand sera tenu par le directeur de l'IPAG, des anciens élèves et des élèves de la promotion actuelle, pour répondre à toutes vos questions. Voilà l'occasion de découvrir un parcours professionnalisant après Sciences Po, à deux pas de l'Institut pour les nostalgiques, qui propose une formation d'exception pour les concours sanitaires et sociaux !

Venez nombreux !

Repost 0
Published by anciens-sallechateaubriand - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Association des Anciens de la Salle Chateaubriand
  • Association des Anciens de la Salle Chateaubriand
  • : Blog de l'Association des Anciens Elèves du M2 Droit et Gouvernance du Secteur Sanitaire et Social de l'IPAG de Rennes, dite Association des Anciens de la Salle Chateaubriand.
  • Contact

Liens Institutionnels