Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 20:19

ET voici la grande nouvelle !!!!!!!!

L'Université de Rennes 1 a répondu à l'enquête de la Revue "L'Etudiant" sur les Masters.
Le numéro d'avril 2015 (n° 390) de cette revue a retenu les meilleurs masters parmi les 400 formations au banc d'essai. Critères retenus : sélectivité, qualité de l'insertion professionnelle, suivi des anciens.L'Université de Rennes 1 a répondu à l'enquête de la Revue "L'Etudiant" sur les Masters.
Le numéro d'avril 2015 (n° 390) de cette revue a retenu les meilleurs masters parmi les 400 formations au banc d'essai. Critères retenus : sélectivité, qualité de l'insertion professionnelle, suivi des anciens.

8 Masters de Rennes 1 ont été retenus dont le DG3S !!!!!!:

Droit - Economie - Gestion :

Sciences économiques : Finance d'Entreprise
IGR : Analyse et stratégie financière ; Marketing, spécialité franchise et commerce en réseau ; Comptabilité, contrôle, audit ; Trésorerie

Santé - Sciences - Technologies :

IPAG : Droit et gouvernance du secteur sanitaire et social
OSUR : Hydrologie, hydrobiogéochimie, hydropédologie
Maths : Modélisation, spécialité calcul scientifique et applications

Pour vous servir,

L'association des Anciens de la Salle Chateaubriand

Thibaud BERTRAND Promotion 2012/2013 du M2DG3S

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 18:36

Actualités :

  • Vote de la loi Macron et ses retournements de situation : art 49-3
  • La Cour des comptes a rendu public le 11 février 2015, son rapport public annuel. Ce rapport se compose de deux tomes. Le premier expose une sélection d’observations et de recommandations de la Cour et des chambres régionales et territoriales des comptes (CRTC). Le second traite de l’organisation, des missions de la Cour et des suites données aux recommandations formulées antérieurement.

A cette occasion, la Cour des comptes publie " Les soins palliatifs : une prise en charge très incomplète". Elle constate que les retards sont loin d’être comblés. L’accès aux soins palliatifs demeure globalement limité, et nettement moins répandu que dans certains pays étrangers. Le développement d’une offre de soins graduée en milieu hospitalier n’a pas permis de résorber les inégalités territoriales. La prise en charge extra-hospitalière est demeurée le parent pauvre et reste toujours à construire, que ce soit à domicile ou en établissement d’hébergement des personnes âgées dépendantes.

  • Rapport de l’IGAS établi par P. Blanchard et coll. : « Évaluation de la coordination d’appui aux soins» en décembre 2014. A la demande du ministre en charge de la santé, l’IGAS a été chargée de « procéder à un inventaire et à une analyse de l’ensemble des coordinations d’appui aujourd’hui déployées ». Cette mission a été envisagée dans le cadre de la SNS. Après un diagnostic de la situation, le rapport propose une nouvelle organisation de la coordination d’appui aux soins, reposant sur l’initiative des médecins. La coordination d’appui aux soins proposée est ainsi destinée à éviter toute rupture dans la prise en charge globale des patients grâce à la mobilisation de l’ensemble des professionnels qui peuvent y concourir. Cette réflexion devait dessiner l'organisation la mieux à même d'assurer la coordination de l'ensemble des professionnels intervenant, en appui à l'exercice clinique, autour d'un patient, ponctuellement, à l'occasion d'un accident de santé, ou dans la durée, lorsque la maladie se chronicise, afin d'éviter des hospitalisations inutiles ou des ruptures dans le parcours de soins
  • Rapport de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) intitulé « L’état de santé de la population en France – Edition 2015 » publié le 12 février 2015. Le rapport dresse un bilan de l’état de santé des français positif dans l’ensemble, mais soulève la persistance de disparités, notamment entre les femmes et les hommes, territoriales et sociales.
  • «Fin de vie: ouverture d’une consultation citoyenne virtuelle » et rapport de la commission des affaires sociales, qui sera prochainement publié.

Concours

Concours – ouverture – élève – directeur – cycle de formation –programme – modalités – arrêté du 8 janvier 2015 – modification (J.O. du 5 février 2015)

:Arrêté du 22 janvier 2015 , pris par la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, modifiant l’arrêté du 8 janvier 2015 portant ouverture des concours d’admission au cycle de formation des élèves directeurs d’hôpital.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000030191431&dateTexte=&oldAction=dernierJO&categorieLien=id

-Concours –admission–ouverture–élève directeur–établissement sanitaire, social et médicosocial –cycle préparatoire –Arrêtédu 5 janvier 2015 –modification(J.O. du 5 février2015)

: Arrêtédu 22 janvier 2015, pris par la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, modifiant l’arrêté du 5 janvier 2015, portant ouverture des concours d’admission au cycle de formation des élèves directeurs d’établissements sanitaires,

sociaux et médico-sociaux.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000030191433&dateTexte=&oldAction=dernierJO&categorieLien=id

  • Ouverture des inscriptions pour le concours d’Inspecteur de l’action sanitaire et sociale, avec des écrits qui auront lieu en septembre en 2015

A très bientôt pour d’autres actus,

Thibaud BERTRAND

M2 DG3S 2012-2013

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 18:00

Le 25 octobre 2014 était un jour important dans l’histoire de l’association des anciens de la salle Chateaubriand. Vous qui lisez ce blog depuis peut être plusieurs mois et qui avez dû remonter dans les anciens articles, vous ne devez pas être sans savoir que le master II droit et gouvernance du secteur sanitaire et social dit "DG3S" existe depuis plus de 5 ans aujourd’hui. En 2014 c’est en effet la 5è promotion qui est devenue diplômée.

Pour cette occasion, l’IPAG de Rennes par l’intermédiaire de son emblématique directeur, Gilles Guiheux, ainsi que les deux co-directeurs du Master, Gilles Huteau et Philippe Marin ont invité les anciens élèves à partager un moment convivial entre les diverses promotions dans un lieu symbolique de la vie de Chateaubriand : le château de Combourg. La remise des diplômes pour la promotion 2013/2014 et quelques anciens 2012/2013 a pu avoir lieu dans ce magnifique cadre.

Cette manifestation fut l’occasion de découvrir de l’intérieur le lieu ou le célèbre écrivain passa son enfance. A cet égard si je vous pose une question : connaissez vous les légendes qui concernent ce château ? Vous êtes invités à donner vos réponses sur la page facebook de l’association.

Thibaud BERTRAND

M2 DG3S 2012/2013

Élève Inspecteur de l'action sanitaire et sociale 2013/2015

La traditionnelle photo de groupe

La traditionnelle photo de groupe

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 16:56

Après des vacances méritées pour les membres du Bureau, et la reprise des stages et des formations, nous revenons pour vous présenter ce qui est d'actualité pour les oraux de DH, DESSMS, EN3S et AAH

N'hésitez pas à nous rejoindre sur facebook https://www.facebook.com/AssociationDesAnciensDeLaSalleChateaubriand

Tout d'abord abordons les thèmes marquants de la rentrée :

- l'adoption du projet de loi sur l'adaptation de la société au vieillissement en première lecture, voici en des points à retenir : (source Gazette Santé Social)

Une conférence des financeurs, présidée par le président du conseil général, est chargée d’établir, pour le territoire départemental, un programme coordonné des financements des actions individuelles et collectives de prévention en complément des prestations légales ou réglementaires (article 3).

Les concours de la CNSA en matière de prévention sont répartis annuellement entre les départements en deux parts : pour le forfait autonomie, en fonction du nombre de places dans les établissements concernés (résidences autonomie) et pour les autres actions de prévention, en fonction du nombre de personnes âgées de soixante ans et plus dans le département (articles 4 et 5).

La formation et le soutien des intervenants bénévoles pourront être financés par la CNSA ainsi que la formation des personnels administratifs des services à domicile jusque-là exclue (article 8).

Un volontariat civique senior est statutairement créé (article 10).

Les résidences autonomie remplacent les logements-foyers avec des prestations minimales, individuelles ou collectives (article 11). Un « forfait autonomie » pourra être versé aux logements-foyers ne percevant pas de forfait-soins. Les règles permettant de vérifier que l’établissement reste un lieu accueillant des personnes principalement autonomes sont modifiées : deux seuils calculés en pourcentage du nombre total des résidents, seront définis par décret (15% de personnes en GIR 3 et 10% de personnes en GIR 1 et 2). Les résidences autonomie pourront accueillir des étudiants ou des jeunes travailleurs, dans des proportions inférieures à un seuil fixé par décret.

Les résidences services (privé) seront mieux encadrées avec une distinction entre les services spécifiques individualisables et ceux qui ne le sont pas (article 15).

Le logement en cohabitation intergénérationnelle doit faire l’objet d’un rapport du gouvernement au Parlement (article 15 bis).

Le programme local de l’habitat (PLH) devra définir les objectifs et les principes d’une politique visant à répondre aux besoins liés au vieillissement (article 16). Le diagnostic préalable au projet d’aménagement et de développement durable (PADD) devra prendre en compte le vieillissement de la population (article 16 bis).

La commission communale pour l’accessibilité aux personnes handicapées devra intégrer des représentants des associations de personnes âgées (article 17).

Le mandataire judiciaire à la protection des majeurs devra remettre une notice d’information à laquelle est annexée une charte des droits de la personne protégée (article 26). Les fonctions de mandataire judiciaire à titre indépendant ne sont pas compatibles avec l’exercice de ces mêmes fonctions en tant que salarié (article 26 bis).

Peuvent réclamer la nationalité française, les personnes âgées de 65 ans au moins, qui résident régulièrement et habituellement en France depuis au moins 25 ans et sont les ascendants directs d’un ressortissant français (article 28 bis).

Les plafonds de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) vont être augmentés et le reste à charge diminué. L’outil qui sert à l’équipe médico-sociale pour apprécier l’éligibilité à l’aide (grille Aggir) sera complété par une évaluation multidimensionnelle de la situation et des besoins du demandeur et de ses aidants au travers de référentiels définis par arrêté du ministre chargé des personnes âgées (article 29).

L’impact des seuils de 60 et de 75 ans pour l’attribution de la prestation de compensation du handicap fera l’objet d’un rapport de gouvernement au Parlement (article 30 bis).

Les services d’aide et d’accompagnement à domicile et leurs financeurs, principalement les conseils généraux, devront faire figurer obligatoirement certains éléments dans leur contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens (article 31). Les expérimentations en cours (loi de finances pour 2012 du 28 décembre 2011) peuvent être poursuivies jusqu’à leur terme. Le gouvernement remettra un rapport d’évaluation au Parlement, au plus tard le 30 juin 2015 (article 32). L’article 33 prévoit d’exonérer de la procédure d’appel à projet pendant 2 ans, les services agréés intervenant auprès des personnes âgées et des personnes handicapées, faisant le choix du régime d’autorisation.

Les services polyvalents d’aide et de soins à domicile (Spasad) pourront expérimenter pendant deux ans un modèle intégré d’organisation, de fonctionnement et de financement (article 34).

Les aidants de bénéficiaires de l’APA pourront bénéficier de répit via une aide financière dédiée permettant un hébergement temporaire de la personne aidé (article 36). Une autre mesure (article 37) vise à diversifier l’offre de répit en permettant l’expérimentation de services de relais à domicile (inspirés du baluchon Alzheimer québécois) fonctionnant avec un seul intervenant plusieurs jours consécutifs.

Les accueillants familiaux doivent obligatoirement suivre une formation avant leur agrément et non après. La décision d’agrément fixe le nombre de personnes pouvant être accueillies, dans la limite de trois personnes de manière simultanée et de huit contrats d’accueil au total sans excéder le seuil de trois contrats d’accueil permanent.

Le taux plafond d’évolution des tarifs des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) tiendront compte de l’évolution des coûts de la construction, des produits alimentaires et des services et aussi du taux d’évolution des retraites de base et ce dans la limite d’un pourcentage fixé chaque année par arrêté du ministre chargé des personnes âgées et du ministre chargé de l’Economie et des Finances.

Le régime juridique des groupements de coopération sociale ou médico-sociale (GCSMS) en matière d’autorisation est clarifié (article 44).

La procédure d’appel à projet préalable à la création, la transformation et l’extension des projets sociaux et médico-sociaux est simplifiée (article 45). Le gouvernement devra remettre un rapport d’évaluation de la procédure de renouvellement des autorisations au plus tard le 31 décembre 2017 (article 45 bis).

Le Haut Conseil de la famille et des âges de la vie est institué auprès du Premier ministre (article 46) et les capacités d’actions de la CNSA sont renforcées (article 47).

L’acronyme Maia signifie désormais « méthode d’action pour l’intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’autonomie » pour confirmer que les MAIA n’ont pas vocation à constituer des structures supplémentaires mais à conforter et renforcer les structures déjà existantes (article 52).

Le conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie (CDCA), présidé par le président du conseil général remplace le comité départemental des retraités et des personnes âgées (Coderpa) et le conseil départemental consultatif des personnes handicapées (CDCPH) (article 54 bis).

Des maisons départementales de l’autonomie (MDA) pourront être mises en place par les départements. Celles qui répondront aux prescriptions d’un cahier des charges défini par décret seront labellisées par la CNSA.

- la cour des comptes dans son rapport 2014 sur la sécurité sociale, dresse son analyse des comptes de sécurité sociale 2013, de l'ONDAM, de l'outil Projet régional de santé, des urgences, maternités, suivi des dépenses de personnel médical et non médical, des carrières des agents de direction dans la sécurité sociale,

Vous trouverez le rapport en cliquant sur https://www.ccomptes.fr/Actualites/A-la-une/La-securite-sociale

- la conférence de presse du Président de la République qui a annoncé l'ouverture d'un hôpital militaire en Guinée et défend la réforme des professions réglementées

vous trouverez ici le rapport de l'IGF sur les professions réglementées http://www.lejdd.fr/var/lejdd/storage/original/media/files/societe/sante/rapport-igf.pdf

Bon courage à toutes et tous et n'hésitez pas à nous solliciter !

Thibaud BERTRAND

Élève Inspecteur de l'action sanitaire et sociale

M2 DG3S 2012-2013

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 15:19

Voici quelques éléments pour vous aider à préparer au mieux les épreuves d'admission au concours externe. Les anciens restent par ailleurs à votre disposition pour toute question ou conseil -> Pour nous contacter, c'est par ici http://anciens-sallechateaubriand.over-blog.com/contact.

1. Le format du grand oral

- un thème et un texte sont tirés au sort par le candidat, il choisit de traiter l'un ou l'autre. Temps de préparation : 30 minutes.

- le candidat présente son parcours et ses motivations concernant le métier d'Inspecteur devant le jury : environ 10 minutes.

- le candidat expose ensuite au jury son développement sur le thème choisi ou le commentaire du texte qu'il a tiré au sort : environ 10 minutes.

- Discussion avec le jury et réponses à des questions sur l'actualité sanitaire et sociale: environ 10 minutes. 

Les thèmes et les textes tirés au sort

Concernant les thèmes, ils peuvent être très centrés sur le secteur sanitaire ou social mais peuvent aussi porter sur des sujets de société plus généraux. Préparez-vous également à quelques sujets plus rares mais plutôt étonnants: le thème du chikungunya est par exemple tombé l'an dernier.

Voici d'autres exemples de sujets de l'an dernier :

- la liberté d'installation des médecins

- le parcours de santé

- la journée de solidarité

Concernant les textes, ils étaient en majorité en lien avec l'actualité sanitaire et sociale : article de presse sur le médiator par exemple. 

La discussion avec le jury

Lors de la discussion avec le jury, les questions de connaissances ont surtout gravité autour de la santé et du social. N'oublions pas toutefois que le concours IASS est un concours de la Fonction Publique d'Etat, nous avons donc eu également des questions sur l'organisation administrative.

Exemples de questions :

- Pouvez-vous me parler de la politique du handicap ?

- Qu'est ce que la RGPP ?

Nous attirons également votre attention sur la connaissance des nombreux sigles du secteur sanitaire et social : HAS, EHPAD, INVS, AEMO, MIGAC...

Enfin, il convient de bien connaitre le métier d'Inspecteur ! n'hésitez pas à aller revoir l'article de notre blog qui lui est dédié -> le métier d'inspecteur de l'action sanitaire et sociale 

2. Epreuve de langue vivante: 20 minutes

Cette 2nde épreuve de la phase d'admission comporte la lecture et la traduction d’un texte ainsi qu’une conversation avec un ou plusieurs examinateurs spécialisés dans l’une des quatre langues étrangères suivantes : allemand, anglais, espagnol ou italien. 

Le candidat bénéficie d'un temps de préparation de 20 minutes.

3. La Composition du Jury pour l'année 2014: 

Il est important de savoir à qui l'on s'adresse lorsqu'on aborde un jury de grand oral, prenez quelques minutes pour regarder la composition du jury 2014 disponible dans le PDF ci-contre.

 

Pour finir, continuez de suivre l'actualité sanitaire et sociale jusqu'au jour J !

Pour vous aider l'Association vous relaye régulièrement des informations ou des articles sur sa page facebook ... ouvrez l'oeil ! 

 

On vous souhaite bonne chance à toutes et à tous !

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Concours
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 13:46

Nous vous relayons dans le document ci-contre les résultats d'admissibilité pour les candidats du concours externe d'Inspecteur de l'Action Sanitaire et Sociale 2014.

C'est une très belle prestation pour les élèves du M2DG3S ! BRA-VO à tous !

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Concours
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 17:07

Instauré par l’article 59 de la loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST), le développement professionnel continu (DPC) participe à l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins en permettant aux professionnels de santé d’assister à un programme de formation et d’analyse des pratiques professionnelles.

Depuis le 1er janvier 2013 sa mise en application effective progresse mais le nombre de professionnels inscrits peine à décoller (100 000 en 2013).

En ce début d’année 2014, année qui devrait marquer un tournant pour le DPC, le défi reste de taille ! En effet, le dispositif est encore méconnu et perçu comme complexe par les professionnels de santé qui sont peu familiarisés avec les programmes et la démarche. Le Quotidien du médecin titrait encore il y a quelques semaines « Un dispositif illisible et ingouvernable ? Le collège de la médecine générale prédit l’échec du DPC ».

Afin de sortir de cette zone de flou, voici quelques points clés permettant de mieux le comprendre!

La loi HPST du 21 juillet 2009 a introduit dans le code de la santé publique le développement professionnel continu (DPC) des professionnels de santé avec pour objectif de réunir dans un même dispositif : la formation continue et l’évaluation des pratiques professionnelles. Ainsi, tout programme de DPC comprend deux parties : une formation théorique suivie d’un volet d’évaluation fondé sur un retour d’expérience (analyse des pratiques) en lien avec la formation théorique reçue. Ces deux parties forment un tout, elles doivent être menées l’une après l’autre dans une période maximale de six mois d’écart pour rester pertinentes.

  • 1er point à retenir : Le DPC associe formation et analyse des pratiques professionnelles.

Le DPC est géré par un organisme national appelé Organisme Gestionnaire du DPC (OGDPC) qui rassemble des représentants de l’Etat (6) et de l’UNCAM (6) ainsi que des personnalités qualifiées (12). Sa présidente est Monique Weber (Pharmacienne, membre du Conseil économique et social). L’OGDPC fonctionne avec un conseil de gestion qui répartit les enveloppes entre les 9 sections suivantes : médecins, pharmaciens, chirurgiens dentistes, sages femmes, infirmiers, masseurs kinésithérapeute, orthoptistes, orthophonistes, pédicures podologues.

La participation à un programme de DPC est désormais une obligation annuelle et individuelle pour tout professionnel de santé. Cette obligation est présente dans la loi depuis le 1er janvier 2012 mais elle ne sera effective qu’à partir de 2014. En cas de non respect de l’obligation, un plan de rattrapage sera proposé au professionnel avec un constat d’insuffisance professionnelle si celui-ci ne se soumet pas au plan.

La question du contrôle des professionnels et de sa fréquence reste encore peu précise : un mode de sanction à priori timide qui met à mal l’effectivité du dispositif aux yeux des professionnels. La façon la plus efficace de pousser les professionnels à entrer dans le dispositif serait certainement de faire du DPC de l’agent un critère de recrutement attestant d’un certain niveau de compétences.

  • 2ème point à retenir : Le DPC est une obligation annuelle et individuelle pour tout professionnel de santé (il concerne TOUS les professionnels de santé sans exclusion !)

Chaque année le professionnel doit choisir un organisme et une formation entrant dans le dispositif de DPC. Pour les professionnels médicaux ou pharmaceutiques des établissements de santé, l’interlocuteur pour procéder au choix de l’ODPC est la CME (plus précisément la CME est chargée d’élaborer le plan de DPC, de choisir les partenaires ODPC et d’arbitrer les programmes de DPC mis en œuvre avec des ressources internes avec les programmes de DPC financés sur les crédits alloués au DPC médical).

Pour les professionnels libéraux le choix leur appartient. Les libéraux peuvent néanmoins prendre contact avec l’URPS (l’Union régionale des professionnels de santé) de leur région pour bénéficier d’informations et de soutien dans la démarche.

En outre, dans les établissements sanitaires et médico-sociaux, il est proposé aux professionnels de participer à un programme DPC collectif annuel ou pluriannuel dispensé par un organisme de DPC.

Un programme de DPC doit répondre à 3 conditions, il doit :

  • être conforme à une orientation nationale ou régionale : Les formations du dispositif sont encadrées par l’Etat soit au niveau du ministère soit au niveau de l’ARS par des orientations nationales ou régionales précisées annuellement par circulaire pour chacune des 9 sections.
  • contenir des méthodes et modalités validées par la Haute Autorité de SantéLa formation théorique peut être dispensée grâce aux méthodes suivantes : formation présentielle, e-learning ou formations diplômantes (type DU). La partie d’évaluation doit passer par l’analyse de dossiers cliniques, des pratiques réflexives sur des situations réelles, le suivi d’indicateurs, les projets de recherche clinique,…
  • être effectué par un organisme reconnu en tant qu’organisme de DPC (ODPC) (ce qui sous entend que cet organisme a été évalué et validé par l’OGDPC). Sur ce point, il est important de noter que tout établissement de santé peut lui-même se constituer Organisme de DPC en demandant l’agrément à l’OGDPC. Devenir organisme de DPC peut permettre de valoriser les potentiels internes et de valoriser les analyses de pratiques des établissements en économisant quelque peu sur le budget nécessaire au dispositif. Cela demande d’identifier les professionnels ressources dans l’établissement (ceux qui ont des compétences pour former).
  • 3ème point à retenir : Un programme de DPC est dispensé par un organisme agréé DPC et répond à une orientation nationale ou régionale selon des méthodes et modalités validées par la HAS

Pour justifier de la participation à un programme de DPC, une attestation sera remise à l’autorité compétente dont le professionnel dépend (Ordre des médecins, ARS, …) selon le modèle définit par l’arrêté du 25 juillet 2013.

  • 4ème point à retenir : la validation d’un programme de DPC complet (formation théorique + évaluation des pratiques) passe par la remise d’un attestation à l’autorité compétente dont relève le professionnel de santé.

Le financement du DPC est assuré tout d’abord via un forfait par section versé par l’OGDPC pour financer les programmes de DPC des médecins libéraux et médecins conventionnés (ceux-ci perçoivent en outre une indemnisation pour les frais engagés). Le financement des programmes de DPC des professionnels médicaux hospitaliers est assuré par l’établissement employeur et par le « fond de formation professionnelle tout au long de la vie » pour les professionnels paramédicaux. Devant les enjeux financiers liés au DPC, il convient pour les établissements de se pencher sur la valorisation des ressources disponibles en interne (personnes ayant des compétences de formation, tracer les actions mises en œuvre dans l’établissement et relier les analyses des pratiques menées en interne aux formations théoriques reçues, devenir organisme de DPC en accueillant et formant dans l’établissement, …).

Pour retrouver tous les textes de lois et les décrets relatifs au DPC: https://www.ogdpc.fr/public/medias/ogdpc/pdf/Textes%20fondateurs/TEXTES_FONDATEURS_OGDPC_DPC_INTE

Camille LACOUT

Elève Directeur d'Etablissements Sanitaires Sociaux et Médico Sociaux 2013/2014

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 17:26

La prégnance du débat sur la fin de vie dans notre société depuis 2012 et l’annonce d’une proposition de texte législatif pour faire évoluer la loi Léonetti d’ici le mois de juillet 2014 nous conduisent à vous suggérer cet ouvrage du Professeur Emmanuel Hirsch « L’euthanasie par compassion ? »

(Emmanuel Hirsch est directeur de l’Espace éthique de l’APHP, de l’Espace national de réflexion éthique sur la maladie d’Alzheimer et du département de recherche en éthique de l’université Paris Sud).

Dans ce livre, le Professeur Hirsch reprend les temps forts des réflexions menées ces dernières années autour de l’accompagnement de la fin de vie. Au-delà de la vision de l’auteur (à laquelle on adhère ou pas !), nous retenons de cet ouvrage, particulièrement riche et documenté, les questionnements qu’il suscite au cœur du débat démocratique actuel.

Pour rappel :

A peine élu en juillet 2012, Francois Hollande engageait une concertation nationale sur l’accompagnement des personnes en fin de vie.

Il confiait à Didier sicard, Président d’honneur du Comité Consultatif National d’Ethique, une mission de réflexion sur la fin de vie dans le but de compléter et améliorer la loi Léonetti du 22 avril 2005 sur les droits des malades et la fin de vie. Après de nombreux échanges, débats et auditions à travers tout le pays, le rapport Sicard a été rendu fin 2012. Le rapport conclu au rejet de l’inscription de l’euthanasie ou suicide assisté dans la loi française, mais il plaide dans certaines situations complexes la possibilité de mettre en œuvre un geste médical accélérant la survenue de la mort.

Suite à ce rapport, l’année 2013 a été marquée

  • par la position du Conseil National de l’Ordre des Médecins en février 2013 (en faveur de la possibilité pour un collège médical de mettre en œuvre une sédation adaptée dans des situations exceptionnelles)
  • par l’avis de la Conférence citoyenne réunie sur ces questions en novembre et décembre 2013: cet avis rendu le 16 décembre 2013 va dans le sens du développement des soins palliatifs, de la mise en place d'un droit à l'utilisation d’une sédation terminale adaptée et de la création d’une exception d’euthanasie pour les situations inextricables.

Camille LACOUT

Eleve Directeur d'Etablissements Sanitaires Sociaux et Médico-Sociaux 2013/2014

 

« L’euthanasie par compassion ? »
Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Conseil de Lecture
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 07:11

C'est la semaine de rentrée pour les nouveaux élèves de la 5ème promotion du Master 2DG3S de l'Ipag de Rennes, c'est parti pour une année de formation intense avec pour objectif: les concours sanitaires et sociaux !

C'est également la semaine de reprise pour ceux de l'an passé qui continuent de se préparer aux épreuves orales à l'Ipag, aussi nous tenions à vous souhaiter une bonne rentrée à tous !

L'association fait (elle aussi!) sa rentrée: nous viendrons nous présenter et vous accueillir jeudi 5 septembre autour d'une journée d'intégration qui s'annonce d'ores et déjà pleine de surprise...!

Avec la rentrée, c'est également l'arrivée prochaine des résultats d'admissibilité des concours de directeur d'hopital, directeur d'établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux et attaché d'administration hospitalière, nous pensons bien à vous et restons à votre disposition pour toutes vos éventuelles questions, demandes de conseils ou même pour vos envies de discuter !

Les épreuves orales pour l'EN3S vont bientôt débuter et celles de directeur d'hopital et directeur d'établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux sont susceptibles de débuter à partir du 14 octobre. N'hésitez pas à revoir les articles relatifs aux métiers publiés l'an passé sur le blog (Quels métiers après l'EN3S, le métier de D3S,... ).

 

Nous profitons de ce billet pour faire une petite parenthèse:

  • pour ceux qui préparent les épreuves orales du concours de Directeur d'Hopital le président du jury, Guy Vallet, a accordé un entretien au magazine de l'association des DH cet été dans le cadre de leur dossier "Directeur d'hopital: un métier hors normes ?!" que nous avons en format informatique. Les personnes intéressées peuvent nous laisser leur mail (en commentaire) et nous vous ferons suivre l'article.

Pour l'association,

Camille Lacout

Elève Directeur d'Etablissements Sanitaires, Sociaux et Médico-sociaux 2013/2014

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Association
commenter cet article
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 10:53

Devenir un fin connaisseur du secteur social et médico-social n’est pas une mince affaire !

 

La complexité du système, la multiplicité des acteurs, les innombrables sigles utilisés et les nombreux statuts qui s'y côtoient font que l’on peut rapidement s’égarer… aussi l’Agence Nationale d’Appui à la Performance des établissements de santé et médico- sociaux vient de publier un guide "Le secteur médicosocial - Comprendre pour agir mieux" qui livre de véritables cartes (oui oui, de vraies cartes sont présentes dans le guide: c’est ludique et très pédagogique !) pour mieux naviguer dans le secteur social et médico social

http://www.anap.fr/detail-dune-publication-ou-dun-outil/recherche/le-secteur-medico-social-comprendre-pour-agir-mieux/

 

Si ce guide a le mérite de bien présenter et mettre en évidence les grands enjeux de l’action sociale et médico sociale, nous nous devons de souligner qu’il se cantonne seulement aux trois principales composantes du secteur à savoir l’enfance, les personnes âgées et les personnes handicapées. L'insertion sociale, la lutte contre l'exclusion, l'accès aux soins, l'hébergement,… ne sont ainsi pas développés.

 

Ce guide reste cependant un très bon outil pour comprendre l’organisation globale du secteur et acquérir une connaissance de ses principales composantes. Organisé en trois parties, il détaille tout d’abord les différents établissements et services ainsi que leurs missions, puis il aborde les perspectives et les évolutions à venir dans le secteur. Enfin, pour vous faire gagner du temps dans vos révisions, des fiches synthétiques pour chaque type d’établissements et services médico sociaux sont présentes en troisième partie, à la fin du guide.

 

N'hésitez pas à dire ce que vous en avez pensé!

 

Camille Lacout

Elève Directeur d'établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux 2013/2014

Repost 0
Published by Association des Anciens de la Salle Chateaubriand - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Association des Anciens de la Salle Chateaubriand
  • Association des Anciens de la Salle Chateaubriand
  • : Blog de l'Association des Anciens Elèves du M2 Droit et Gouvernance du Secteur Sanitaire et Social de l'IPAG de Rennes, dite Association des Anciens de la Salle Chateaubriand.
  • Contact

Liens Institutionnels